DSCN3094

La nuit s'échappe et j'aperçois sur les arbres, les premiers frôlements du jour. Une nuit à dormir comme une amoureuse réconciliation avec l'astre des ténèbres.

" Ich ruf zu dir" joue le pianiste. M'appelle-t'il vers des glissements heureux ?